Merci de désactiver votre bloqueur de publicité celle-ci ne sont pas gênantes et finance en partie le site internet.
Mise a jour terminé Nous somme le Jeudi 22 février 2018

Devenir Premium
Ex : Tomb raider, League of legend



  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Depuis 2012, le marché des microtransactions PC affole les compteurs
news

Depuis 2012, le marché des microtransactions PC affole les compteurs

 Aucun Nom pour ce jeux

Aucun Nom pour ce jeux

SuperData La date de sortie de ce jeux et inconnu
Partagé

Publié par SuperData, un rapport édifiant énonce assez vite le cœur du sujet (ou du problème) : « Bien que les joueurs aient tendance à se plaindre de la démarche des éditeurs qui monétisent de plus en plus le contenu de leurs productions, ces mêmes joueurs continuent d'encourager cette démarche en passant à la caisse ».

À titre d'exemple, sachez que le chiffre d'affaires des free-to-play PC s'élevait à 11 milliards de dollars en 2012, contre 22 cette année. Selon les estimations de SuperData, ce montant devrait d'ailleurs franchir la barre des 25 milliards de dollars en 2022. Plus globalement, le contenu additionnel lié aux jeux payants sur PC et consoles connaît lui aussi une forte croissance puisqu'il est passé de 2 milliards il y a 5 ans à 5 milliards aujourd'hui. Le rapport laisse entendre que cet ajustement du marché, qui favorise de plus en plus le morcellement des jeux et de leurs contenus - en particulier pour les titres ayant une dimension multijoueur online - ne devrait pas être bouleversé : « Les éditeurs sont prêts à sacrifier la vente au prix fort de leurs jeux car ils considèrent que la souscription aux différents services permet d'augmenter la rétention des joueurs et leurs possibilités d'achat, au contact d'une offre globale plus large qu'ils n'auraient pas étudiée avec le système actuel d'un prix élevé uniforme. »

La rétention évoquée concerne en fait la capacité des jeux à fidéliser leur clientèle. Ainsi, plus le nombre de personnes qui rejouent à un jeu après l'avoir essayé plusieurs jours ou semaines auparavant est forte, et plus la rétention est grande. C'est évidemment l’objectif de la majeure partie des AAA aujourd'hui, à l'image de FIFA 17, dont la part des revenus additionnels est d'une importance sidérante (via le mode Ultimate Team) ou d'un certain Star Wars Battlefront II avant que le vent de la polémique ne pousse EA à retirer temporairement ses microtransactions.
Partagé
Qualité de l'actualité :