Merci de désactiver votre bloqueur de publicité celle-ci ne sont pas gênantes et finance en partie le site internet.
Mise a jour terminé Nous somme le Jeudi 22 février 2018

Devenir Premium
Ex : Tomb raider, League of legend



THE HEAVY RAIN AND BEYOND : TWO SOULS COLLECTION


 

Tags : PS4
Ce test de THE HEAVY RAIN AND BEYOND : TWO SOULS COLLECTION a été réalisé à partir d'une version éditeur.
Qualité du test pour ce jeux : 

Malgré son rayonnement international et un statut quelque peu anachronique de studio AAA third party monosupport, Quantic Dream demeure le développeur d’un seul fabricant, Sony, et même, semble-t-il, d’un seul projet original à la fois (en l'occurrence Detroid : Become Human ces temps-ci). Une durable allégeance commerciale qui a visiblement un coût pour l’un des joyaux français du jeu vidéo, lequel s’autorise donc une réédition précoce de ses deux dernières sorties en date, reconditionnées sur PS4. Toujours sur les bons coups, Gamekult remasterise donc ses deux tests de l’époque, que vous aurez le plaisir de (re)lire ici pour Heavy Rain, et là pour Beyond : Two Souls. Avec en bonus quelques commentaires sur les ajouts de cette compilation.



LA VERSION PS4 DE HEAVY RAIN (2010)



Contrairement à l’adaptation de Beyond : Two Souls, qui profite de son portage pour amener quelques options supplémentaires au joueur (lire ci-dessous), Heavy Rain nous revient sur PS4 dans son jus originel. Tout juste note-t-on de sensibles améliorations graphiques (du 1080p, des éclairages et filtres supplémentaires) qui ne sauteront pas nécessairement tout de suite aux yeux, d’autant que les animations faciales et corporelles des personnages préservent un aspect cireux qui ne trompe personne sur l’origine old gen du titre. Il n’y a pas non plus matière à trop rouspéter contre ce portage à l’économie, la réalisation d’époque étant plutôt solide pour de la PS3, mais c’est vrai que la finesse des visages tranche douloureusement avec leur expressivité : il n’y a qu’à voir le personnage d’Ethan jouer avec ses enfants pour s’offrir un aller simple dans l’Uncanny Valley du malaise.

Le reste du jeu est en revanche d’époque, proposant au joueur de suivre une enquête criminelle depuis plusieurs flancs plus ou moins connectés entre eux. Il y a dans l’approche du récit, très premier degré, une certaine naïveté que d’aucuns trouveront touchante, d’autant qu’il faut reconnaître à Heavy Rain un talent pour nous entraîner vers ses nombreuses conclusions. Le jeu a ses moments, parfois forts et mémorables. Mais on ne lui pardonnera pas tout à fait ses phases d’exposition au chausse-pieds, sa conception maladroite de la narration par le gameplay (le jeu est pollué d’actions contextuelles), ses incohérences ou son écriture lestée de clichés tire-larmes qui confinent au racket émotionnel pur et simple. Reste un jeu unique en son genre qu’il est intéressant d’explorer au moins une fois, mais en connaissance de cause.



LA VERSION PS4 DE BEYOND TWO SOULS (2013)



Sorti le mois précédant l'arrivée de la PlayStation 4, Beyond : Two Souls était déjà une belle réussite technique sur PS3, à défaut d'être une belle réussite tout court. Deux ans plus tard, il se ramène dans une version retapée pour la dernière console de Sony. Une quarantaine de gigas de téléchargement plus tard, on retrouve donc l'incroyable Jodie et son compagnon immatériel Aiden dans un jeu rendu un poil plus joli et un peu plus "difficile" lors de certaines scènes d'action, à condition de préciser son statut de joueur/joueuse expérimenté-e dans les options. Ne vous méprenez pas : le jeu suivra toujours son cours en cas de mauvaise manipulation lors d'un combat et les conséquences de nombreuses interactions restent illusoires. Certaines commandes sont également plus claires ou moins dépendantes des mouvements de caméra, tandis que le haut-parleur de la manette est mis à contribution pour quelques effets sonores lorsqu'on dirige Aiden.

Les plus gros changements de cette adaptation PS4 se trouvent dans la structure narrative de l'aventure, que l'on peut désormais découvrir selon l'ordre chronologique normal des événements - à quelques exceptions près - sans avoir besoin de choisir chaque chapitre à la main. Un nouveau montage plus cohérent qui permet de rendre l'intrigue moins décousue, même si la pauvreté du scénario et les chapitres loupés ne disparaissent pas pour autant. Précisons également que pour coller à la mode des jeux d'aventure à la Telltale ou façon Life is Strange, vos choix seront clairement indiqués et comparés à ceux des autres joueurs au terme de chaque séquence. Et si jamais vous aviez manqué l'unique contenu additionnel ("Expériences avancées"), sachez qu'il est inclus d'office, même s'il est tout à fait dispensable. A l'image du jeu de base, diront les mauvaises langues.


Une manière de juger l’intérêt du bundle “Heavy Rain + Beyond : Two Souls” sur PlayStation 4 serait de considérer l’économie réalisée sur deux jeux finalement assez récents : pour moins de quarante euros, vous voici avec deux blockbusters PS3 de 2010 et 2013 sur le disque dur. Sans vraiment se compléter ni se répondre, les productions de Quantic Dream restent des témoignages authentiques de la vision du studio parisien en matière de narration interactive, que l’on conseillera donc d’analyser comme tels plutôt que comme les jeux relativement moyens qu’ils sont. Pour ceux qui ont déjà fini les versions originales, cette compilation ne présente donc aucun intérêt justifiable, si ce n’est de posséder ces titres sur une console plus récente. Pour les curieux, en revanche, un achat s’envisage… à moins bien entendu que la lecture de nos deux tests de l’époque ne vous en dissuade. Vous voilà prévenus.


6

HONNÊTE


Les plus

  • Deux jeux PS3 pour 40 euros
  • Des productions atypiques à essayer
  • Les améliorations apportées à Beyond
  • Toutes les qualités des jeux d’origine

Les moins

  • Crédibilité visuelle décatie
  • Pas de grand intérêt
  • Tous les défauts des jeux d’origine


  • Genre : Aventure / Compilation
  • Éditeur : Sony Computer Entertainment
  • Développeur : Quantic Dream
  • En développement
  • 2 mars 2016 (France)
  • 1 mars 2016 (États-Unis)
18 ans et plus